Interview de Savéria Coste sur les cosmétiques bio – Laboratoire Garancia

Le collier L'Atelier Emma & Chloé offert dès 120€ d'achats*

Peut-on se fier aux cosmétiques bio ? Savéria Coste nous aide à y répondre !

Retrouvez l'interview exclusive de Savéria Coste dans le magazine ELLE sur les cosmétiques bio !

Une crème vraiment bio est-ce que ça existe ?

"Dans le secteur de la beauté, les marques font de réels efforts pour devenir plus vertueuses. Quand j'ai lancé Garancia, il y a dix-huit ans, je ne voulais pas choisir entre l'efficacité et le côté sain de nos formulations. Au début, les pharmacies tiquaient sur la couleur de nos crèmes : elles n'étaient pas blanches mais plutôt beiges parce que nous n'utilisons pas de dioxyde de titane pour les blanchir ! Quand nous avons lancé nos écorecharges, j'entendais "ce n'est pas joli, cela ne tient pas dans le linéaire". Il a fallu un travail de pédagogie auprès de tous, acheteurs, consommateur. Je suis docteure en pharmacie et diplômée d'un master de marketing à HEC. Comme c'est moi qui crée les formules et qui "source" les ingrédients, ça m'aide à expliquer les processus."

Est-il facile de décrypter le contenu des produits de beauté ?

"Lire les étiquettes, comprendre ce que contient vraiment votre pot de crème n'est pas toujours aisé. Heureusement, des outils sérieux et performants existent comme l'application Yuka, dédiée au départ à l'alimentation et qui a développé un système de notation en scannant les composants des cosmétiques : en fonction des ingrédients utilisés, une note est attribuée à votre tube de crème. Nous récoltons 100% de pastilles vertes, ce qui représente une vraie récompense."

La composition du produit a-t-elle un impact négatif sur l'environnement ?

"De l'élaboration d'un sérum à sa fabrication, jusqu'à l'emballage et l'acheminement, tout compte dans le bilan carbone. Chez Garancia, nous accordons beaucoup d'attention aux ingrédients que nous choisissons. Nous n'utilisons, par exemple, ni parabène, ni phénoxyéthanol, ni huile minérale, nous privilégions les huiles végétales. Si nos premiers produits nécessitaient du silicone pour un toucher naturel, je me suis vite rendu compte que l'on pouvait formuler très bien sans. Les ingrédients sont à 98% naturels pour le Pschitt Magique, notre micropeeling best-seller. 

Mais l'emballage et le packaging comptent aussi énormément. Nous avons été les premiers à lancer des serviettes démaquillantes lavables et réutilisables, et nos écorecharges nous permettent d'économiser 60 tonnes de plastique par an. 100% de nos packs en plastique seront recyclables d'ici 2025. Notre nouvelle crème de nuit À la Belle Étoile, par exemple, se présente sous forme de recharge recyclable à glisser dans un pot en verre recyclable. Chaque jour, nous essayons de faire mieux. Ça rend très fier."